« Rétablir la continuité

entre l’expérience esthétique
et les processus normaux 
de l’existence. » 
John Dewey

 

L’association Mondes Communs accompagne ou met en œuvre des projets artistiques et culturels qui font se croiser des disciplines qui viennent de mondes différents : les arts vivants  -musique, danse, théâtre, arts en espace public, cirque, arts visuels, création contemporaine - avec des disciplines venues d'autres mondes comme l'éducation, l'économie, l'alimentation, l'habitat social, l'environnement, le sport...

Ouvrir le champ de vision, donner la part belle à l'altérité, en insufflant une vision artistique et/ou une action culturelle dans le quotidien des gens : voilà résumé l'objectif que se donne l'association Mondes Communs.

Les activités se développent sur trois axes :
- conception et mise en œuvre de projets artistiques et culturels
- accompagnement et conseil
- Recherche-action

 


 

Genèse et sens du projet

Le projet Mondes Communs est né en janvier 2015 et trouve son inspiration dans le constat suivant : de nombreux mondes coexistent dans notre société – culturel, économique, éducatif, institutionnel, industriel, agricole, environnemental — et, malgré la performance des technologies de communication et de réseau, la connexion d’un monde à l’autre n’est pas toujours évidente. C’est tout le paradoxe d’une société de communication où chacun agit dans sa sphère ; des projets communs existent mais restent relativement rares. C'est tout l'enjeu de notre monde contemporain, casser les communautarismes qui s'installent dans tous les replis de notre société.

Le nom de l’association Mondes Communs s’inspire librement de la théorie des conventions de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, qui définissent chaque domaine comme un « monde », où « la relation entre personnes repose sur des systèmes d’équivalences partagées – des grandeurs communes — qui permettent à chacun de retrouver les repères qui vont guider ses relations dans la situation.(1)  »

Trouver les valeurs communes qui permettent à des personnes venues de mondes différents d’agir ensemble pour faire du commun, c’est la méthodologie sur laquelle Mondes Communs souhaite développer ses projets.  Considérant l’artiste « dans son rôle de sentinelle, d’éclaireur, sachant mobiliser un cocktail singulier d’intelligence sensible et d’intelligence rationnelle pour fournir une forme d’intelligibilité du monde. (2) » , Mondes Communs choisit de porter des projets artistiques et culturels, car ils nous font vivre ce que certains appellent une expérience esthétique. Expérience qui agit en continuité – en résonance — avec notre quotidien. 

Mettre en interaction des univers imaginaires avec le monde réel, c’est par exemple inclure un sujet de société dans un propos artistique, faire travailler un plasticien avec un artisan, valoriser le métier de jeunes en formation dans une scénographie, expérimenter une technologie au service d’une mise en scène… La fiction du monde qui en résulte agit en miroir de notre vie concrète, décale notre regard sur notre quotidien, aiguise notre esprit critique, génère des espaces de partage et de dialogue.

Coconstruction, coopération et partage d’expérience couplés à une exigence artistique et une justesse de l’action culturelle, autant de mots-clés pour tisser des ponts entre artistes, acteurs du territoire et habitants, pour créer du commun, une citoyenneté partagée.

 

 

(1) « Conventions et accords » à propos de « L’Économie des conventions » de Luc Boltanski, Laurent Thévenot in Henri Amblard, Philippe Bernaux, Gilles Herreros, Yves-Frédéric Livian « Les Nouvelles Approches sociologiques des organisations », Seuil, 1996 et 2005

(2) Jean-Pierre Saez (directeur de l’observatoire des politiques culturelles) « L’artiste, le chercheur, le politique, le citoyen : enjeux d’une rencontre » in « Les Nouveaux Enjeux des politiques culturelles » Guy Saez et Jean-Pierre Saez, La découverte 2012